Cryptocorals

Le jeu qui restaure les récifs coralliens

Ventures

Nous avons lancé une start-up visant à accéler la restauration des récifs coralliens par le jeu : Cryptocorals.

Une opportunité

Appliquer ce que l’on sait faire de mieux pour servir la cause des coraux menacés

Tout commence par le constat d’un passionné, membre de l’équipe Possible Future. Alors que cet amoureux de la plongée œuvre pendant 2 ans à l’Hawaii Institute of Marine Biology, il s’inquiète de la dégradation de l’état des récifs coralliens. Dans certaines régions, ces derniers sont même menacés d’extinction d’ici 2050.

Des coraux en piteux état sont de mauvais présages pour l’écosystème océanique et pour l’humain, qui en dépendent directement. Alors, Possible Future a eu très envie de mettre son expérience du challenge et de l’innovation au profit de la restauration des coraux. Et c’est ce qui a été fait !

Le projet

Sensibiliser le plus grand nombre et lever des fonds pour restaurer les récifs

CryptoCorals est le fruit d’une gestation en interne. Ici, pas de client, mais l’initiative de 2 membres de l’équipe, encouragés par l’opportunité que l’on se donne de faire émerger des projets qui nous tiennent à cœur. Le startup studio de Possible Future a donc joué le rôle d’investisseur et d’incubateur de cette belle idée.

Dès septembre 2018, les objectifs sont clairs et se résument en 2 points. D’abord, c’est donner de la visibilité à cette cause cruciale pourtant encore largement méconnue. Le second leitmotiv autour de ce projet est plus pragmatique : générer un dispositif capable de lever des fonds pour restaurer les récifs abimés et pallier le manque de financement alloué à cette cause. En vision cible, replanter 1 million de coraux d’ici 2021.

Le projet s’articule exactement comme ce qui serait réalisé pour un client : après une phase d’exploration approfondie de l’opportunité (marché du jeu, fonctionnement de l’écosystème du don, problématique des coraux…), l’équipe entre dans une phase de conception, puis une période de béta-test avec de vrais utilisateurs.

Ils identifient rapidement le canal par lequel concrétiser ces ambitions. Le sauvetage des coraux se fera :

  • à travers une expérience fun et originale ;
  • en engageant quotidiennement les utilisateurs grâce à des mécanismes de gamification ;
  • en garantissant une transparence totale grâce à la technologie blockchain.

La transparence est en effet au coeur des préoccupation des utilisateurs potentiels – et devra donc se retrouver profondément ancrée dans le dispositif. Là où il y a des dons, il faut de l’information… C’est là où la blockchain, en tant que livre auditable par tous et non modifiable, apparaît comme une technologie évidente.

Le résultat

Le jeu en ligne CryptoCorals

Son principe est on ne peut plus simple. L’utilisateur adopte un ou plusieurs petits coraux virtuels pour une dizaine d’euros chacun. Ensuite, il peut jouer avec ses CryptoCorals, les faire se reproduire avec d’autres coraux jusqu’à créer de super coraux au potentiel génétique incroyable (et à l’aspect saisissant !). C’est aussi ce que font véritablement les chercheurs spécialistes sur les récifs. En ligne, les coraux virtuels sont créés grâce à une logique de design génératif, qui permet de faire éclore une infinité de coraux uniques, et donc spécifiques à chaque utilisateur.

Et bien sûr, l’argent qu’il paye pour adopter des coraux virtuels donne lieu à la plantation d’un vrai corail. Dans les coulisses de l’interface ludique, la blockchain œuvre à la transmission des fonds aux ONG compétentes, qui oeuvrent sans relâche à la régénération des récifs coralliens. Le premier partenaire de CryptoCorals est Secore International, dont les agents plongent dans les récifs des Caraïbes et des Bahamas notamment, à la rescousse des coraux en danger.

Mais au delà des coraux, CryptoCoraux, c’est aussi la première brique d’une initiative qui vise à repenser le don – en tirant le meilleur parti de la technologie blockchain – et à revaloriser les enjeux de la biodiversité dans l’économie actuelle, grâce à des interfaces ludiques.

En décembre 2018, quatre mois après le début du projet, nous débutions une phase de test de la version beta du jeu à  200 gamers seafriendly.